6 Assurer l’éducation primaire pour tous

Où en sommes-nous ?


Une salle de classe en Centrafrique avec des garçons et des filles ensemble © DR.

L’analyse de la proportion des écoliers atteignant la cinquième année montre une nette amélioration entre 2005 et 2009. En effet, en 2009, la proportion des élèves de cinquième année par rapport à l’effectif des enfants âgés de 10 ans représente 57,4%. Malgré cette évolution positive, l’écart entre la tendance OMD et celle observée, il sera difficile d’atteindre la cible en 2015.


Le taux d’alphabétisation qui a chuté en 2003 (41,4%) après avoir connu un pic en 2000 (49,6%) s’est amélioré en 2008. Les résultats de la dernière enquête en 2008 montre que le taux d’alphabétisation des 15 ans ou plus est estimé au niveau national à 44%. Les taux sont plus élevés dans les zones urbaines (65%) que dans les zones rurales (31%).

Tableau : Taux brut d'accès en cinquième année.

  2004-2005
2005-2006
2006-2007
2007-2008
2008-2009
Taux brut d'accès en cinquième année
41,45%
41,78%
46,63%
54,34%
57,35%


Durant les deux dernières années, l’évolution du TNS chez les filles est restée relativement faible par rapport à la tendance observée chez les garçons. L’écart entre filles et garçons s’est davantage aggravé dans les régions qui ont connu des conflits armés. En effet, le TNS des garçons s’est amélioré sur la période de 8 points contre 6 points chez les filles. La parité entre garçons et filles dans les régions du Nord et du Nord-Est est estimée à 0,65.

En ce qui concerne l’analyse de la disparité régionale du taux brut d’admission, il ressort que seule la capitale Bangui (région 7) affiche une tendance positive. Les régions 2, 3, 5 et 6 connaissent des indices en deçà de la moyenne nationale (66,3%). L’écart entre garçons et filles est considérable dans les régions les plus éloignées de la capitale et dans les régions pauvres.


Graphique : Taux brut d'admission en cinquième année (%)

1.42 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. D’ici à 2015, donner à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires
    • L’espoir pour une éducation universelle d’ici 2015 diminue, malgré le fait que beaucoup de pays pauvres font des progrès énormes.
    • L’Afrique subsaharienne et l’Asie du Sud abritent la grande majorité des enfants non scolarisés.
    • Les inégalités freinent les avancées vers l’éducation universelle.