6 Améliorer la santé maternelle

Où en sommes-nous ?


Des mères d'enfants au cours d'une campagne de sensibilisation sur l'allaitement maternel© DR.

En République Centrafricaine, le taux de mortalité maternelle avait atteint des niveaux record en passant de 683 pour 100 000 naissances vivantes (NV) selon le RGP de 1988 à 948 pour 100 000 NV en 2000 (MICS). L’enquête MICS de 2006 situe ce taux à 540 décès pour 100 000 NV.

Cet infléchissement est certes important du fait du niveau record de départ, mais en réalité le taux de mortalité maternelle n’a baissé que de 26% par rapport à son niveau d’il y a 20 ans et il sera donc difficile d’atteindre l’OMD d’ici 2015.


Graphique 9 : Taux de mortalité maternelle.

 

 

 

 

 

 

L’analyse des inégalités selon le lieu de résidence montre que le milieu rural est plus affecté par le décès des femmes en couches que le milieu urbain. Les décès maternels surviennent dans 86,6% des cas de causes obstétricales directes (les hémorragies, le travail prolongé par dystocies dont les ruptures utérines et les infections y compris les complications infectieuses des avortements clandestins. Quant aux causes indirectes, (13,4% des décès), elles sont dues au paludisme et à l’éclampsie (hypertension artérielle) ; toutes ces causes sont qualifiées des causes évitables.

En ce qui concerne la proportion d’accouchements assistés par du personnel de santé qualifié, il y a également eu une dégradation de l’indicateur entre 1995 et 2003 respectivement de 50 et 44%, pour s’améliorer légèrement en 2006 à 53,4% . Les disparités selon la région et le sexe révèlent que les femmes issues du milieu rural sont les plus défavorisées (35%) par rapport à celles du milieu urbain (83%). Ce sont les femmes des régions 6, 3 et 2 qui sont les plus affectées avec des taux respectifs de 35,2%, 42,9% et 43,6%. Par contre, les femmes de la région 7 (Bangui la capitale) et celles de la région 1 sont celles qui ont un meilleur taux de couverture avec respectivement des taux de 90,8% et 58,9%.

1.44 années
d'ici
à 2015

1990 2015
Cibles
  1. Réduire de trois quarts, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité maternelle
    • La plupart des décès maternels pourraient être évités.
    • Donner naissance est particulièrement risqué en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne, où la plupart des femmes accouchent en l’absence de personnel qualifié.
    • L’écart urbain-rural s’est rétréci, en ce qui concerne la présence de personnel qualifié pendant l’accouchement.
  2. Rendre l’accès à la médecine procréative universel d’ici à 2015
    • Un nombre plus grand de femmes bénéficient de soins prénatals.
    • Il y a des inégalités flagrantes en ce qui concerne les soins pendant la grossesse.
    • Dans les régions en développement, une femme sur trois seulement reçoit les soins recommandés pendant la grossesse.
    • La réduction du nombre de grossesses chez les adolescentes est au point mort, ce qui met plus de jeunes mères en danger.
    • La pauvreté et le manque d’éducation perpétuent les taux élevés de naissances chez les adolescentes.
    • Le progrès dans le recours à la contraception chez les femmes ont ralenti.