Atelier de présentation et d'échanges autour du code du travail centrafricain organisé par le PNUD

30 août 2012

imageLa nouvelle édition du Code du travail s'adresse aussi bien aux juristes, aux professionnels, aux syndicalistes, aux législateurs qu'à tout particulier soucieux de connaître ses droits et de les faire valoir.Photo PNUD-RCA/Franck Bitemo.

Le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) et l’Ambassade de France en Centrafrique ont apporté leur concours technique et financier à la réalisation et à la publication du tirage spécial de la 2e édition du Code du travail annoté et commenté. Ce document est l’objet d’une série de sessions de présentation organisé par le projet « stratégie de développement de capacités pour le renforcement de l’Etat de droit » (PRED) en faveur de deux cent participants à savoir : les acteurs judiciaires, les autorités préfectorales et locales, les responsables des juridictions du travail, les syndicalistes, les médias, etc.

Il s’agit pour le PNUD de poursuivre le renforcement des capacités des acteurs judiciaires, de la société civile  et des autorités politico-administratives et territoriales de manière satisfaisante en vue de répondre à leurs attentes et à celles des populations. L’objectif principal est de sensibiliser les populations en général, et les travailleurs et employés en particulier afin que les conflits sociaux et les litiges relatifs au droit social soient réglés conformément au droit et à la loi.

Le manuel rédigé par un avocat centrafricain, Maitre Dédé Vianney Mboé et édité par L’Harmattan, comble un vide certain en droit social  et s’adresse non seulement aux praticiens du droit tels que magistrats, avocats, auxiliaires de justice, professeurs de droit, étudiants en droit, mais aussi à un large public notamment aux inspecteurs de travail et des lois sociales, préfets, maires, sous préfets ainsi qu’aux travailleurs, employeurs, employés et délégués syndicaux, leur permettant de disposer ainsi des outils juridiques de base en matière sociale. Des exemplaires du code du travail annoté et commenté seront également remis à l’ENAM, à la faculté de droit de l’université de Bangui, à la faculté de droit privé Walombé mais aussi aux « Maison du Droit ».

En effet, le PRED a appuyé la construction de cinq (5) Maisons du Droit et du citoyen, situées dans les zones cibles  du projet à savoir Bangui, Bossangoa (Ouham), Kaga Bandoro (Nana Gribizi), Bozoum (Ouham Pende) et Sibut (Kémo). Ces Maisons sont destinées à mettre en œuvre la politique du gouvernement en matière d’accès à la justice et à l’information juridique et judiciaire et à contribuer à l’éducation/sensibilisation des populations aux droits humains. Elles sont composées d’un centre de documentation juridique, d’une salle de lecture/salle polyvalente et des bureaux devant abriter les permanences juridiques gratuites afin de mettre la documentation juridique et judicaire à la disposition des acteurs.

Le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) à travers son programme de renforcement de l’état de droit a appuyé la publication et la remise de documents clés tels que les nouveaux codes pénal et de procédure pénale, le code d’éthique de la police, la loi portant protection des femmes contre les violences en RCA, le code de la famille et le code de procédure civile.