Le PNUD évalue les projets financés dans le cadre des petites subventions

12 août 2013

imageArrosage d’une pépinière de tecks par un membre de l’Association des Combattants pour le Progrès Social. Photo PNUD/Christian Ndotah.

Depuis 2009, le Programme des Petites Subventions du Fond pour l’Environnement Mondial (PPS/FEM) a alloué des fonds à hauteur de 991.000 dollars américains à 35 Organisations Non Gouvernementales (ONGs) et Organisations Communautaires de Bases (OCBs) pour qu’elles contribuent à la protection de l’environnement à partir des initiatives locales à travers des microprojets. Le programme est géré par le PNUD. Parmi ces 35 microprojets financés, 15 sont encore en cours d’exécution au 1er semestre 2013.

Avec la situation d’insécurité qui s’est généralisée sur toute l’étendue du territoire national depuis le 24 mars 2013, de commun accord avec le management du SGP et l’UNOPS, une mission d’évaluation rapide du niveau de mise en œuvre des microprojets a été effectuée dans trois régions de la RCA. Sur les 15 projets en cours, 11 ont été retenus pour être évalués car situés dans les zones sécurisées : 5 dans la Lobaye, 3 dans l’Ombella-M’Poko et 3 dans l’Ouham.

Malgré le contexte sécuritaire très difficile du pays, les ONGs/OCBs ont pu mener  à bien, dans 80% des cas, leurs activités. En effet, sur les 11 projets évalués, seules 2 organisations de la Lobaye n’ont pas atteint les résultats escomptés : i) le projet du groupement Kenga 2 pour lequel, seul des outils de travail ont été acquis, ii) le Centre Néhémie à Pissa dont les résultats sont en régression du fait d’un mauvais entretien des 4 hectares reboisés en essessang.

Dans l’ensemble, les résultats observés sont encourageants car malgré la crise profonde que traverse le pays depuis décembre 2012, la majeure partie des activités des organisations sont en cours de progression. Dans la globalité, les organisations qui ont planté des ligneux continuent d’étendre les parcelles. Dans l’Ouham, à Boubou dans la commune de Nzere, il s’agit de restaurer l’ancien site des réfugiés avec le planting de teck et d’Acacia mangium et à Bossangoa avec également du teck le long de la berge de la rivière Ouham pour sécuriser les habitats des  hippopotames. Dans les communes d’élevage de Ndjoh et Korompoko, une association s’occupent de la récupération des terres dégradées et envahies par le Chromolaena odorata (herbe du Laos) pour planter des ligneux et des herbacées fourragers, notamment l’herbe à éléphant, pour nourrir les bétails de la zone.

Dans la Lobaye : à Ndolobo une parcelle de multiplication de graines de moringa a été mise en place ainsi qu’une autre superficie uniquement destinée à la de production des feuilles pour la consommation. A M’Baïki il a été planté des arbres pourvoyeuses de chenilles comestibles par un réseau d’organisations féminines regroupant 19 associations et groupements et, à Boda où des tecks ont été plantés par deux organisations de la localité. Dans l’Ombella-M’Poko, au village Borossé, une association contribue à la lutte contre les effets du changement climatique par la valorisation du bambou de Chine. Ainsi 3 types de bambou de Chine ont été plantés pour être valorisés en tuile, briquet, etc. Une autre association met en œuvre une agriculture multi-étagée à base de moringa, d’arbres à chenille, de tecks, canne à sucre, etc. Au village Gbamian,  les berges du lac sont en cours d’aménagement par les groupements de pêcheurs de Boayali 2 pour sécuriser les eaux et conserver la biodiversité halieutique du lac Mbali.

Malgré la situation sécuritaire très difficile les Organisations Non Gouvernementales ont pu mener  à bien, dans 80% des cas, leurs activités.

La mission était composée de Madame Anne-Marie Cluckers, Directrice Pays du PNUD, Edith Assani-Damian, Chargée du Programme Environnement ; Vermond Kaine, Coordonnateur du Small Grant Programm, Christian Ndotah, Chargé de Communication, Jean-Bertrand Biamba, Assistant de Sécurité du bureau et les chauffeurs Thierry Endjeletede, Eugène Semba et Etienne Senego. La mission a parcouru plus de 2.000 kilomètres de route.

Pour toutes informations complémentaires :

Christian Aimé NDOTAH, Chargé de communication
E-mail : christian.ndotah@undp.org
Tél. : +236 75505545/70505545.

Vermond KAÏNE, Coordonnateur du Programme Small Grant
E-mail : vermondek@unops.org
Tél. : +236 77.90.38.10/70.04.82.73.