Le PNUD sollicité par le gouvernement pour appuyer le secteur agricole

21 août 2013

imageUn aperçu des participant à la réunion de travail entre Mesdames Marie-Noelle Koyara et Anne-Marie Cluckers. ©PNUD/Christian Ndotah.

« Le pays a un pied dans la famine si l’on ne prend pas garde », a déclaré Madame Marie-Noëlle Koyara, Ministre d’Etat en charge du Développement Rural en République centrafricaine, au cours d’une réunion de travail avec la Représentante Résidente par intérim et Directrice Pays du PNUD, Madame Anne-Marie Cluckers.

Le membre du gouvernement centrafricain est venu solliciter l’appui du PNUD pour le renforcement des capacités de son staff au niveau managérial avec le soutien en expertise technique international de deux consultants pour la relecture de la stratégie de la sécurité alimentaire, l’opérationnalisation du PNIASA (Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire)  et la prise en compte du volet urgence et relèvement. Madame Koyara a annoncé  la mise place d’une équipe de travail qui s’attelle a l’élaboration d’un projet d’urgence pour sauver la campagne agricole de cette année. Une deuxième équipe réfléchit sur la Stratégie et les Prospective.

Un autre chantier que vise la Ministre du Développement Rural est la création d’emploi pour plus de 500 jeunes diplômés agricoles au chômage actuellement. L’objectif ici est de créer un noyau de jeunes professionnels agricoles à qui pourraient être distribués des surfaces cultivables. La question de la lutte contre la malnutrition constitue une autre préoccupation du département qui entend de développer un programme de jardin scolaire pour approvisionner les cantines des écoles à raison pour un début de 10 écoles par région. Ce programme vise également à atteindre l’équilibre alimentaire pour les personnes malades du Sida.

Enfin le dernier projet vise à développer l’appareil statistique du Ministère afin de remettre en route les bases statistiques du Département. Elle a indiqué que son département est à pied d’œuvre pour organiser une journée porte ouverte, intitulée : « Réconcilions nous avec notre terre nourricière ». Madame Koyara a annoncé la mise place d’une équipe de travail qui s’attelle a l’élaboration d’un projet d’urgence pour sauver la campagne agricole de cette année. Une deuxième équipe réfléchit sur la Stratégie et les Prospective.

En réponse, Madame Cluckers a rappelé l’appui du PNUD dans l’élaboration du Cadre d’Accélération des OMD qui a mis un accent particulier sur la sécurité alimentaire. Ce programme a été approuvé par le Gouvernement le 31 juillet 2012. En ce qui concerne l’emploi jeune, le PNUD a prévu de se déployer à Paoua, Kaga-Bandoro et Bambari en concertation avec les autres agences du SNU. Pour cela, il est entrain de travailler sur un programme de protection et de résilience communautaire qui intégrera les jeunes et les femmes particulièrement. Pour l’expertise internationale, dès réception des Termes de références, le PNUD discutera avec la FAO pour identifier les personnes compétentes dans ce domaine.

Des exemplaires du Cadre d’Accélération de l’OMD 1C, document de référence pour le combat contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition a été remis au Ministre du Développement rural. Le document a été validé en juillet 2012 et demeure d’actualité pour le gouvernement qui entend mettre en œuvre les stratégies proposées dans le plan d’action.