Le PNUD appuie le gouvernement pour la sécurisation des recettes douanières de l’ouest du pays

16 sept. 2013

imageUn soldat de la FOMAC recoit les cles du nouveua vehicule

Un véhicule et un lot de matériels et d’équipements divers ont été remis par le PNUD au gouvernement afin d’apporter un appui au projet d’Amélioration des Recettes de l’Etat sur les Corridors Bangui-Béloko et Bangui-Gamboula. L’objectif du projet est de donner les moyens d’existence et de fonctionnement aux institutions de transition dont les caisses de l’Etat sont vides en raison de l’insécurité sur les deux principaux corridors de ravitaillement du pays.

En effet, en RCA l’essentiel des rentrées fiscales du pays proviennent des taxes douanières dont l’assiette n’est autre que les transactions commerciales en provenance du port de Douala (Cameroun). La persistance de l’insécurité sur cet axe met en péril les revenus de l’état et sape les bases d’une reprise en main des dépenses publiques et d’un bon fonctionnement des institutions de la Transition.

Cette insécurité a un impact significatif sur la chaine d’approvisionnement des acteurs humanitaires ainsi que sur celles des entreprises publiques et privées, elle est particulièrement ressentie sur les deux routes principales d’approvisionnement (RPA) et de désenclavement du pays qui va de Bangui vers Douala, le port le plus proche. La RPA est également une source importante de revenu pour le Gouvernement centrafricain et le poste de douane de Beloko générait avant la crise entre 1.5 e 2 milliards de Francs CFA par mois en taxes et droits de douanes.

Ces revenus sont actuellement collectés par des éléments de l’ex-Seleka qui érigent des barrières illégales et collectent des « taxes » qui ne sont pas reversées dans les caisses de l’État et profitent directement aux « seigneurs de guerre » qui contrôlent cet axe et les revenues qu’il génère leur permettent de s’affranchir de tout contrôle politique et institutionnel. Leur présence sur cet axe est donc un facteur qui entrave les efforts du Gouvernement d’Unité Nationale de Transition pour la restauration de la paix et de la sécurité.

Ce projet pilote couvrira une période initiale de 3 mois (Octobre à Décembre 2013)  et concernera dans une première phase uniquement l’axe Bangui-Béloko ou se concentre plus de 80% du trafic routier en provenance du Cameroun. Puis dans une seconde phase, l’axe Bangui-Gamboula (environ 5% du trafic) sera pris en compte. Le budget total du projet est de 204 857 USD et le PNUD a alloué 150.000 US Dollars.

Le projet est le fruit d’un partenariat multilatéral entre le Gouvernement de Transition, la FOMAC, l’Union Africaine et les Nations Unies (OMS, UNICEF et UNFPA) qui ont décidé de mettre en œuvre ce programme de sécurisation de la route principale d’approvisionnement.

La RCA est un pays post-conflit ou les deux tiers de la population  vivent en dessous du seuil de pauvreté. Cette pauvreté est accentuée d’une part, par le déficit des services publics et l’absence de l’Etat dans de nombreuses régions du pays, et d’autre part par la prévalence de l’insécurité conséquence des crises militaro-politique récurrentes.

Contact/information :

Christian Aimé Ndotah, Chargé de communication
Programme des Nations Unies pour Développement (PNUD)
christian.ndotah@undp.org

Tél. : +236 75 50 55 45/70 50 55 45