Le PNUD évalue les projets dans le Mbomou et rencontre les populations victimes d’exactions

15 sept. 2013

imagePhilippe Biarra, Responsable du Groupement pour la Renaissance de Gambo, dans son champ. Photo PNUD RCA/Christian Ndotah.

Bangui, le 15 Septembre - Une équipe du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD) conduite par la Directrice Pays, Madame Anne-Marie Cluckers a effectué du 9 au 13 septembre 2013 une mission de suivi et d’évaluation des projets financés par le Programme de Petites Subventions dans le Mbomou et mis a profit ce déplacement pour rencontrer les populations de la ville de Bangassou (747 Km de Bangui), de Sayo Niakari (730 km) et de Gambo (686 Km).

La mission a rencontré les organisations bénéficiaires  chargées de la mise en œuvre réelle des activités. Ces derniers ont pour la plupart choisi de planter du palmier à huile, du colatier ainsi que du teck. Il s’agit la de la Valorisation des zones forestières dégradées autour de la forêt de Sandigui-Ngbanri (Forsangba) dans la commune de Sayo-Niakari. Les réussites et difficultés rencontrées sur les terrains ont été évoquées avec les bénéficiaires. Une rencontre sera organisée avec l’organisation bénéficiaire dénommée le Levier afin de recadrer le projet pour que les populations aient des bénéfices immédiats.

A Gambo, Philippe Biarra de l’Unions des Groupements pour la Renaissance de Gambo (UGRG) s’attelle à la conservation du cours d’eau Ouroukoutou et lutte contre la disparition des anguilles. « Mon obsession de laisser aux générations futures ces espèces menacées de disparition à cause des feux de brousse » déclare-t-il. A la tête de trois groupements composés d’une centaine de personnes, il effectue des tournées de sensibilisation pour convaincre les populations à éviter les feu de brousse et à respecter le repos biologique des anguilles durant la période de décrue. Une campagne qui fonctionne car selon lui, la population des anguilles a doublé voire triplé.

La mission a rencontré les responsables des ONG locales impliquées dans le projet , la plate forme des organisations de la société civile du Mbomou (POM), le bureau du sultanat de Bangassou et les autorités locales afin de comprendre le rôle joué auprès des groupements bénéficiaires. Des échanges vont aboutir à une meilleure implication des autorités locales dans la mise en œuvre des microprojets.

Le second volet de la mission a permis d’évaluer le niveau sécuritaire des  sites projet afin d’apprécier les risques qu’encourent les bénéficiaires et qui pourraient survenir lors des mises en œuvre.

La Directrice pays du PNUD a mis à profit son séjour pour échanger avec les autorités locales, les groupements des femmes, des jeunes et les fonctionnaires de Bangassou. Une visite des services de santé de la ville a permis de toucher du doigt les difficultés rencontrées par le centre régional hospitalier et le complexe de santé de Bangonde géré par l’Eglise. Les infrastructures ont été pillées et vandaliser lors de la prise de la ville de Bangassou le 11 mars 2013.

Les nombreux témoignages font état d’exactions sur les populations : coups et blessures, racket, intimidation, etc. D’où la satisfaction du Maire intérimaire de Bangassou, Monsieur Japhet Pierre Mazigui,  heureux de voir le PNUD dans sa municipalité. « Vous avez décidé en dépit de l’état de la route très dégradée, de faire le déplacement de Bangassou pour voir et toucher du doigt les réalités de notre Préfecture » a-t-il lancé a la Directrice Pays du PNUD. Cette dernière a promis être le fidele interprète de leur préoccupations auprès de la communauté nationale et internationale.

Depuis 2010, le Programme des Petites Subventions du Fond pour l’Environnement Mondial (PPS/FEM) a alloué des fonds à hauteur de 991.000 dollars américains à 35 Organisations Non Gouvernementales (ONGs) et /Organisations Communautaires de Bases (OCBs) pour qu’elles contribuent à la protection de l’environnement à partir des initiatives locales à travers des microprojets. Le programme est géré par le PNUD. Parmi ces 35 microprojets financés, 15 sont encore en cours d’exécution au 1er semestre 2013.

Contacts :

Christian Aimé Ndotah, Chargé de communication
Programme des Nations Unies pour Développement (PNUD).
Tél. : +236 75 50 55 45/ 72 50 55 45/70 50 55 45.
E-mail : christian.ndotah@undp.org