Groupe international de contact sur la République centrafricaine, le responsable politique de l’ONU transmet un appel urgent à l'action pour résoudre la crise

08 nov. 2013

New York/Bangui, le 8 novembre 2013 – Durant la troisième réunion du Groupe international de contact sur la République centrafricaine, le Secrétaire général adjoint pour les affaires politiques, M. Jeffrey Feltman, a transmis un appel fort du Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, à agir pour résoudre la situation « terrible » qui frappe le pays et sa population.

Dans son message, prononcé par M. Feltman devant le Groupe international de contact sur la République centrafricaine, le Secrétaire général a appelé à « des actions concrètes pour garantir que cette crise soit traitée sous tous ses aspects, à savoir ses dimensions sécuritaire, politique, des droits de l'homme et humanitaire ».

La réunion, à Bangui, du Groupe international de contact sur la République centrafricaine s'est centrée sur les progrès réalisés pour permettre un retour à l'ordre constitutionnel en Centrafrique et sur les mesures visant à établir la paix et la sécurité dans le pays. Le Groupe international de contact est le cadre d’accompagnement politique de la communauté internationale au processus de transition en République centrafricaine. Il se compose de représentants de gouvernements, d'organisations régionales et internationales, de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement et a été établi après le renversement du gouvernement en mars.

« Notre objectif commun doit être d'éviter aux Centrafricains des souffrances supplémentaires et un accroissement de l'insécurité. Il est possible de travailler ensemble pour inverser cette dynamique négative en République centrafricaine et mener le pays sur la voie de la paix et de la stabilité. Le temps presse. Nous ne pouvons pas décevoir le peuple centrafricain en ce moment critique », a ajouté le Secrétaire général dans son message.

En marge de la conférence, le Secrétaire général adjoint pour les affaires politiques s'est entretenu avec les autorités de transition, y compris le chef de l'État de la transition et le Premier ministre. Durant ces réunions, M. Feltman a exprimé les préoccupations des Nations Unies et leur engagement à soutenir le peuple et les autorités de la transition à surmonter la crise et à stabiliser le pays. Il a souligné les inquiétudes du Secrétaire général concernant la détérioration de la situation sécuritaire, des droits de l’homme et humanitaire dans le pays, ainsi que la responsabilité des autorités de la transition de mettre fin aux abus et d'assurer la sécurité de la population. Sur le plan politique, le Secrétaire général adjoint a noté les progrès réalisés pour établir des  institutions clés de la transition, tout en soulignant la nécessité de respecter pleinement la charte de la transition, y compris les mesures nécessaires pour tenir des élections dans les dix-huit mois suivant l’investiture du Chef d’Etat de la transition en août 2013.

M. Feltman a également rencontré le Commissaire de l'Union africaine pour la paix et la sécurité, le Secrétaire général de la Communauté économique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC), le Médiateur de la CEEAC pour la crise en République centrafricaine et la direction et le personnel du Bureau Intégré de l'Organisation des Nations Unies en Centrafrique, le BINUCA.