La Représentante Résidente du PNUD Madame Kaarina Immonen intervient en faveur des femmes interpellées par la police.

26 nov. 2013

imageLes femmes interpellées puis libérées en discussion apres leur libération. Phot: Christian Ndotah

 « La violence contre les femmes n'est pas acceptable, elle peut être empêchée, et le PNUD est déterminé à jouer son rôle », tel est le mot d’ordre lancé par Mme Helen Clark à l’occasion de la célébration, ce 25 novembre, de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

En République Centrafricaine, le démarrage des activités n’a pas été sans heurts. En effet, en prélude à la célébration, une organisation centrafricaine de promotion des droits des femmes dénommée Forum des Femmes de Centrafrique pour la Francophonie (FFCF), a organisé dans les rues de la capitale, Bangui, une caravane de sensibilisation sur les thématiques retenues pour la journée. La caravane a sillonné les quartiers de Bangui en lançant des messages de mobilisation à travers un mégaphone.

Arrivée au quartier Bimbo situé à la périphérie sud de la capitale, la caravane a été arrêtée par des hommes en armes, qui ont voulu empêcher la poursuite de la campagne. Une vingtaine de femmes du FFCF ont été interpellées et conduites au poste de police de l’Office Central de Répression du Banditisme (OCRB). Informée, Mme Immonen, est intervenue pour plaider en faveur de leur libération immédiate. Ces dernières ont finalement été relâchées après l’intervention du Président de la Transition en personne, S.E.M. Michel Djotodia.

L’intervention de Madame Immonen résonne en écho au message de l’Administrateur du PNUD Madame Helen Clark qui invite tout le personnel de l’organisation à plaider pour la fin de la violence liée au genre. « J'encourage chacun d’entre vous à s'engager à jouer votre rôle et à soutenir d’une promesse personnelle la campagne « Sonnez la cloche». La campagne « Un million d'hommes, un million de promesses », invite les hommes à prendre des mesures visant, par exemple, à défier ceux qui manquent de respect envers les femmes ou les filles»

Pour sa part, le Secrétaire Général des Nations Unies, Monsieur Ban Ki Moon a, dans son message de circonstance, rappelé que « La violence à l’égard des femmes et des filles meurtrit non seulement les personnes qu’elle touche directement, mais foule aussi aux pieds notre humanité commune».

En République Centrafricaine, le Bureau Intégré des Nations-Unies dans le pays (BINUCA) insiste régulièrement auprès des autorités compétentes sur la nécessité de combattre l’impunité sous toutes ses formes, garantir les droits fondamentaux de chaque citoyen et traduire en justice tous ceux qui commettent les diverses formes de violences notamment sur les femmes.

Les femmes réunies au sein de la plateforme du FFCF ont lancé depuis la mi-novembre une vaste campagne de sensibilisation qui s’est achevée ce 25 novembre par une action inédite à savoir garder le silence toute la journée afin de protester contre les violences faites aux femmes en République centrafricaine. Un sit-in a été organisé sur le parvis du palais de l’Assemblée Nationale suivi de la remise d’un mémorandum aux autorités politiques.

Contact information

Christian Aimé NDOTAH, Chargé de communication
Programme des Nations Unies pour Développement (PNUD)
christian.ndotah@undp.org

Tél. : +236 75 50 55 45/70 50 55 45