Election en Centrafrique : les partenaires internationaux réaffirment leur disponibilité et leur engagement.

24 déc. 2013

imageBulletins utilisés lors des derniers scrutins en RCA. Photo: DR

Les membres de l’Autorité nationale des élections (ANE) ont prêté serment le mardi 24 décembre 2013. Cette nouvelle structure est chargée de la préparation et de l'organisation des élections présidentielle et législatives, ainsi que du référendum constitutionnel à venir.

L’ANE est composé de 4 personnalités masculines et 3 femmes. Les questions du fichier électoral et du calendrier sont les premières taches sur lesquelles vont s’atteler les membres de la toute nouvelle Autorité nationale. En effet, la Charte Constitutionnelle prévoit l’organisation des élections entre 18 et 24 mois après la prestation de serment du Président de la transition qui a eu lieu le 18 aout 2013.
Le Président de l’ANE, Monsieur Dieudonné Kombo-Yaya a, dans une intervention aux medias, déclaré : « si les conditions ne sont pas réunies, nous ne pourrons pas le faire dans les délais, mais il faut qu’elles le soient. Les conditions sécuritaires, les conditions matérielles, les conditions humaines, les conditions financières. Nous comptons sur l’appui de tous nos partenaires internationaux”.

Dans une déclaration conjoint rendue publique après la prestation de serment des membres de l’ANE, les représentants des Nations Unies, de l’Union Africaine, de l’Union Européenne et de la France en RCA ont pris acte du serment et de l’élection du Président de l’ANE qui « marquent une étape importante sur le chemin des consultations et élections qui mettront fin à la Transition. »

Les partenaires internationaux exhortent les membres de l’ANE   à prendre la pleine mesure de leur responsabilité  tant individuelle que collective, à respecter, en toutes circonstances, leur serment et a conduire, en toute impartialité avec le professionnalisme, la neutralité, la rigueur attendue de tout organe de gestion électorale, et dans les délais impartis, les différentes phases du processus électoral en vue du retour rapide à un ordre constitutionnel et institutionnel normal à travers l’organisation d’élections et consultations libres, crédibles, transparentes, acceptées de toutes et tous.

Les partenaires invitent toutes  les  parties prenantes  du processus électoral  notamment le Gouvernement, les partis politiques, les leaders religieux,  les médias et les organisations de la société civile, « à  matérialiser, en tout temps, leur  pleine adhésion aux valeurs de démocratie, de paix, de respect des droits de la personne, afin d’accroitre les chances d’un climat propice à la mise en œuvre d’un processus électoral apaisé et partant la restauration de l’Etat de droit. »

Les partenaires réitèrent leur disponibilité et engagement à œuvrer, aux côtés de l’ANE, des autorités de Transition et des courageuses populations centrafricaines, pour l’organisation d’élections libres, crédibles et transparentes.