Mme Helen Clark se préoccupe de la situation sécuritaire en Centrafrique et plaide pour un arrêt immédiat de la violence.

13 déc. 2013

imageDeux soldats français venus sécuriser les populations centrafricaines. Photo.DR

« C’est avec une grande préoccupation que je suis l’évolution de la situation sécuritaire en République Centrafricaine » a déclaré Mme Helen Clark, Administrateur du PNUD dans un message adressé aux membres du personnel du bureau du PNUD en Centrafrique. Elle a rappelé que les populations souffrent une nouvelle fois des conséquences de la violence perpétrée par des groupes armés. « Cette situation doit cesser immédiatement, et je puis vous assurer que le système des Nations Unies, y compris le PNUD, plaide pour un arrêt immédiat de la violence. » a-t-elle ajouté.

En effet, la dernière flambée de violences qui a éclaté à Bangui le 5 décembre a causé, en l’espace d’une semaine, la mort de près de 500 personnes et des milliers de déplacés internes supplémentaires. Les affrontements ont pris une tournure confessionnelle qui tente d’être contenue avec difficulté par le déploiement des forces françaises de l’opération SANGARIS.

« Nous continuons d'espérer que la situation se stabilisera très rapidement afin de permettre au PNUD de bientôt reprendre son travail visant à contribuer à une paix durable »  a conclu Mme Clark.

La Représentante Résidente du PNUD en Centrafrique, Mme  Kaarina Immonen a affirmé  qu’ en dépit des préjudices subis, le personnel reste engagé « à relever les défis qui se présentent pour surmonter cette épreuve dans la dignité, et garder toute l’ attention sur la mise en place, aux côtés des autres agences de l’ONU en République centrafricaine, de programmes d’interventions susceptibles de contribuer à une sortie de crise et au bien-être des populations. »

Elle a rappelé l’implication de l’ensemble de la communauté internationale à travers le vote de la résolution 2127 de l’ONU, qui a permis le déploiement rapide de forces de sécurité, qui contribuent progressivement à la stabilisation de la situation et au retour à la vie normale. La Représentante Résidente du PNUD en Centrafrique a conclu que « dans la longue et pénible marche qui nous attend dans l’atteinte de cet objectif, nous avons l’assurance de pouvoir continuer à bénéficier de vos appuis et celui de l’ensemble de la grande famille onusienne à travers le monde. »

Pour information

Christian Aimé NDOTAH, Chargé de communication
Programme des Nations Unies pour Développement (PNUD)
christian.ndotah@undp.org
Tél. : +236 75 50 55 45/70 50 55 45