Bangui: le processus électoral évalué

7 oct. 2016

Marie-Madeleine Hoonaert N’Kouet, présidente de l'ANE: 'Améliorons les conditions des échéances futures.' © PNUD RCA/2016

L’Autorité nationale des élections (ANE) a organisé vendredi à Bangui une journée de plaidoyer auprès du Gouvernement en présence du Chef de l’exécutif Simplice Sarandji, des députés de l’Assemblée Nationale et des partenaires internationaux de la Centrafrique à la suite d’une semaine d’évaluation du processus électoral. L’objectif était d’examiner le cadre légal d’organisation des élections, la tenue du fichier électoral, ainsi que la méthodologie de réalisation de la cartographie électorale. Les leçons apprises devront contribuer à consolider la paix et à améliorer les conditions des échéances futures.

En dépit des contraintes de sécurité et des difficultés budgétaires et logistiques qui ont jalonné l’organisation des différents scrutins en 2015–2016, un processus électoral apaisé a pu aboutir à l’adoption d’une nouvelle constitution, ainsi qu’à l’élection du Président de la République et de presque l’ensemble des députés siégeant à l’Assemblée Nationale.

« Il faut célébrer le courage, la résilience et l’espoir des Centrafricains qui, en allant voter, ont permis la restauration de l’Etat de droit constitutionnel, » a souligné Fabrizio Hochschild, Représentant spécial adjoint du Secrétaire général et Coordonnateur résident des Nations Unies.

La Présidente de l’Autorité nationale des élections, Marie-Madeleine Hoonaert N’Kouet, a quant à elle exprimé sa gratitude aux équipes d’assistance électorale ainsi qu’aux membres de l’Autorité nationale pour le travail accompli.

« L’évaluation des élections va nous permettre d’adresser les potentiels manquements, afin d’améliorer les échéances futures notamment les prochaines élections locales, » a-t-elle déclaré.

Organisée par Programme d’appui au cycle électoral (PACEC) du Programme des Nations Unies pour le développement, l’évaluation du processus électoral a réuni près de 500 représentants des institutions Centrafricaines, de la société civile et des partenaires internationaux.

Elle sera suivie d’un plan d’action pour la mise en œuvre des recommandations et mesures à prendre en terme de révision du fichier et code électoral, ainsi que du renforcement des capacités institutionnelles, dans la perspective de l’organisation des élections locales.

Contact

Jean Jonas Tossa, Spécialiste en communication

Programme d'appui au cycle électoral en Centrafrique (PACEC)

Tél : +236 72 07 83 57/70 93 74 55

Courriel : Jean-Jonas Tossa