Yaoundé : la Centrafrique veut se tourner vers une page nouvelle

12 oct. 2016

Le Ministre de l’Economie, du plan et de la coopération, Son Excellence Félix Moloua, a présenté les objectifs et les résultats stratégiques du Plan national de relèvement et de consolidation de la paix © PNUD RCA/2016

Sous les auspices des Nations Unies, le Forum de Yaoundé a mobilisé aujourd’hui l’ensemble des partenaires techniques et financiers appuyant la République Centrafricaine. Tout en rapportant les progrès accomplis dans la restauration d’un Etat constitutionnel, le nouveau Gouvernement a appelé ses partenaires internationaux à l’aider à adresser les besoins prioritaires du pays pour les cinq prochaines années.

Après deux années de violence continue et une longue transition politique, le Gouvernement Centrafricain issu d’élections démocratiques en février 2016 est déterminé à sortir des cycles de crise récurrents, à répondre aux attentes de la population qui s’est exprimée massivement et aspire à la paix, et à entreprendre les réformes structurelles nécessaires pour un relèvement durable du pays, qui nécessite l’appui continu des partenaires internationaux.

« Les acquis importants obtenus sur plusieurs fronts par la Centrafrique risquent d’être perdus si nous ne lui apportons pas les moyens dont elle a besoin pour sortir définitivement des crises et s’engager dans la voie du développement, » a souligné le Représentant spécial adjoint du Secrétaire Général, Coordonnateur résident et Coordonnateur humanitaire en République Centrafricaine, Fabrizio Hochschild. Il a ajouté : « La justice est aussi au cœur du processus de stabilisation ; la Cour Pénale Spéciale doit servir de nouveau modèle de justice pour lutter contre l’impunité et tracer le chemin de la paix. »    

Le Ministre de l’Economie, du plan et de la coopération, Son Excellence Félix Moloua, a présenté les objectifs et les résultats stratégiques du Plan national de relèvement et de consolidation de la paix. Les besoins s'élèvent à 3.1 milliards de dollars US sur cinq ans dont 1,6 milliard pour les trois prochaines années. Il a rendu hommage à la communauté humanitaire, sans laquelle la République Centrafricaine n'existerait sans doute plus.

Le ministre a invité les partenaires techniques et financiers à appuyer les engagements pris par le Gouvernement pour « répondre aux énormes attentes de la population et restaurer la légitimité de l'Etat. »En réponse à la demande du Gouvernement, la Banque Mondiale, les Nations Unies et l’Union Européenne se sont mobilisés pour appuyer une Evaluation des besoins en Relèvement et Consolidation de la Paix de la République Centrafricaine (RCPCA). Les priorités sont articulées autour de trois axes d’intervention : (i) la Paix, réconciliation et sécurité; (ii) le renouvellement du Contrat social entre l’Etat et la population; et, (iii) le Relèvement économique et la relance des secteurs productifs.

Le Plan de relèvement et de consolidation de la paix en République Centrafricaine qui en résulte sera présenté lors de la Conférence internationale sur la République Centrafricaine qui se tiendra à Bruxelles le 17 novembre 2016, dont l’objectif est de mobiliser les fonds nécessaires.

Besoins humanitaires immenses

En parallèle, les besoins humanitaires restent immenses comme l’a rappelé à Yaoundé le Bureau de la coordination pour les affaires humanitaires. La moitié de la population, soit 2,3 millions de personnes, dépend toujours de l’aide humanitaire. Environ 800 000 personnes sont déplacées ou réfugiées et deux millions touchées par l’insécurité alimentaire. 51% des services de santé sont aujourd’hui assurés par les ONG et 800 000 enfants n’ont pas accès à l’éducation.

Les besoins humanitaires ne peuvent être laissés de côté et doivent être pris en compte parallèlement aux efforts de relèvement. Le Plan de réponse humanitaire pour la Centrafrique sera également renouvelé en 2017 et aligné sur le Plan de relèvement et de consolidation de la paix jusqu’en 2019.

Contact

Charles Nach, Conseiller en planification stratégique, Responsable du Bureau du Coordonnateur résident, PNUD pour la République Centrafricaine

Tél: +236 754 46 607; courriel : Charles Mback 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Centrafrique (République centrafricaine) 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe